Initiales BB

 

 

PréFaces

 

Je ferme les yeux.

Je me souviens de ce fauteuil de cuir usé par les années, déposé là, au milieu des choses, dans cette pièce qui a la mémoire de mes souvenirs d’enfance. Je m’y assois doucement faisant craquer les ressorts trop longtemps restés immobiles. Je respire à pleins poumons cette odeur familière, presque rassurante de l’endroit où la tradition veut que l’on entasse les vieux objets, ceux de notre vie passée. Je me sens apaisée, tout à côté d’Elle.

Le ciel du Nord, si souvent lourd, semble d’une légèreté surprenante en cette matinée de septembre. Une lumière vive envahit la pièce dans ses moindres recoins, illuminant comme des gouttes d’eau les éclats de cire encore présents sur les lattes fatiguées du plancher. Je nous revois ma sœur et moi faisant nos premiers pas sur cette scène de « rêve ». Nous chantions, nous dansions… J’entends les applaudissements d’un public imaginaire ponctuer chacune de nos prestations. J’aimais tellement son regard sur chacun de mes gestes.

Des disques traînent un peu partout dans mon grenier. Je me souviens avoir passé des journées entières à les écouter, à les comprendre, à les chanter, à les jouer… J’aime la chanson française et ses textes travaillés.

Habiter la scène, vivre, exister, être libre… Voilà ce que j’ai appris dans mon grenier.

bg

Adolescente, les mots sont devenus les miens, je joue avec eux pour les jouer sur scène. Je compose également les musiques pour que les notes accompagnent chacun de mes gestes devant ce public qui devient réel. J’aime tellement ce regard, j’existe à travers lui.

Puis mon autre vie commence. Je l’observe tout d’abord, la dévisage et enfin la dévore. Chaque révolte, chaque sourire, chaque interdit sont autant de prétextes pour retourner auprès d’Elle et lui décrire mes quotidiens. Je suis une femme qui regarde le monde. Les mots changent, les idées évoluent, j’ai tant de choses à dire, il me faut avancer.

C’est ainsi qu’en 2009 je propose les maquettes de mes chansons sur un site de production participative afin de La réaliser. Les internautes sont au rendez-vous… Magique ! Jour après jour ils apportent leur soutien à ma musique, à mes mots. Grâce à eux, en quelques mois seulement l’histoire a pu continuer.

Alors il y a les autres, tous ces hommes, ces musiciens qui m’ont entourée pour réaliser ce projet de femme. On dit de la chance qu’elle se provoque, que dit-on de la belle rencontre ? La mienne, déterminante, a un nom : Vincent-Marie Bouvot. Notre complicité artistique est née lors de notre collaboration sur le titre « Pas seulement pour lui ». Vincent-Marie au-delà de son expérience et de son talent, prend le temps de comprendre les choses, de les écouter pour ne pas dénaturer les intentions. Notre complémentarité et la confiance qui existe entre nous ont permis de La construire comme j’en rêvais, optimiste, vivante, féminine, libre et résolument moderne…

J’ouvre les yeux. Cette lumière vive trouble un instant mon regard. Enfin, je La vois.

Ce disque, c’est Elle, la petite boîte fermée à clef près de mon fauteuil en cuir. Elle connaît chacun de mes secrets. Elle porte mon nom, Barbara Béghin.

 

Barbara_CDCliquez sur l’image pour découvrir l’univers de Barbara Béghin

Carton plein pour Daft Punk

article paru sur « Le Point.fr » le 30/05/2013 – Sarah Belmont

Publié en avance sur iTunes pour contrer une action de piratage, « Random Access Memories » bat tous les records de vente en France et à l’étranger.

daft-punk-cover-650-430_0

On n’aime ou on n’aime pas. Mais le dernier opus du duo français Daft Punk remporte un succès sans précédent. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Disponible depuis six semaines sur Internet, « Get Lucky » figure encore dans le top des singles français et parmi les meilleures ventes digitales de ces six dernières semaines. Distribué en kiosque depuis vendredi, le titre a séduit près de 38 000 acheteurs en 72 heures, battant ainsi le record de 22 700 ventes en sept jours, que détenait jusqu’alors Adele avec « Skyfall ».

L’album fait même mieux que le single ! En effet, les ventes digitales de Random Access Memories atteignaient lundi les 67 600 copies, écrasant par là même Booba, dont 15 500 acheteurs s’étaient arraché l’album Futur, en novembre 2012. À ce nombre astronomique s’ajoutent les 127 400 fans qui ont permis à Daft Punk de battre le record des 142 200 ventes de La boîte à musique des Enfoirés.

Selon Pure Charts, à qui l’on doit les statistiques ci-dessus, il resterait pourtant à Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo une étape à franchir. En 2007, il aura fallu seulement six semaines à l’album posthume de Grégory Lemarchal, La voix d’un ange, pour atteindre les 194 000 ventes physiques. Manque le nombre de téléchargements. On imagine pourtant que celui-ci excède largement les 1 000 exemplaires. Daft Punk a donc un léger retard à rattraper. Toutefois, aucun autre album jusqu’à ce jour ne peut se vanter d’une ascension aussi fulgurante.